SP Chronique – Une Fille Facile de Louise O’Neill

Leave a comment

May 16, 2018 by ceresbooksworld

 

Une fille facile de Louise O’Neill

Standalone

Editeur : Stéphane Marsan

Date de sortie : 16 mai 2018

Source : eArc via Netgalley.fr

Note : 5 cœurs

 

 

Synopsis

« Quand tu prononces un mot comme celui-ci, tu ne peux plus faire marche arrière. Fais comme s’il ne s’était rien passé. C’est plus simple comme ça. Plus simple pour toi. »

Emma a dix-huit ans, c’est la plus jolie fille du lycée. En plus d’être belle, elle est pleine d’espoir en l’avenir. Cette nuit-là, il y a une fête, et tous les regards sont braqués sur elle.

Le lendemain matin, ses parents la retrouvent inanimée devant la maison. Elle ne se souvient de rien. Tous les autres sont au courant. Les photographies prises au cours de la soirée circulent sur les réseaux sociaux, dévoilant en détail ce qu’Emma a subi. Les réactions haineuses ne se font pas attendre ; les gens refusent parfois de voir ce qu’ils ont sous les yeux. La vie d’Emma est brisée ? Certains diront qu’elle l’a bien cherché.

Chronique

Ce livre n’est pas une belle histoire mais il est important dans la société d’aujourd’hui de faire évoluer les consciences. Ce livre parle de viol, des conséquences de nos actes que ce soit en tant que spectateurs, acteurs ou victimes. Ce livre n’est certainement pas une fiction car des femmes se reconnaitront surement dans cette histoire.

Emma n’est pas un personnage que j’ai aimé au début de l’histoire, elle est suffisante, égoïste, elle traite ses amis comme de la merde. Ce n’est pas le genre de personne à laquelle j’arrive à m’identifier mais ce n’est pas une raison pour passer outre ce qui lui est arrivé. Elle est considérée comme une fille facile parce que la seule chose importante à ses yeux c’est d’être la plus belle. Cette opinion vient de sa mère qui veut toujours qu’elle soit parfaite.

Lors d’une soirée Emma est violée, elle ne se souvient de rien mais des photos ont été postées et un compte facebook a été ouvert. Vous trouvez ça horrible ? Moi aussi mais malheureusement cela arrive beaucoup de jours. A aucun moment les violeurs ne s’imaginent que ce qu’ils font est mal, même en postant des photos. A aucun moment les personnes qui commentent sous les photos, se disent que ce qu’elles écrivent est affreux et que dire à une personne qui a été violée d’aller se suicider n’est pas correct, c’est même abject. Très peu de personnes prennent sa défense, sa réputation s’est effondrée, ses parents ont honte de leur fille et leur réaction est tout aussi abjecte que celle des inconnus. Etre parents c’est soutenir son enfant, peu importe les difficultés et malheureusement ce n’est pas le cas ici. La seule personne de sa famille à la soutenir réellement c’est son frère Bryan.

L’histoire est abordée avec justesse, elle ne se termine pas comme on l’aimerait mais comme le dit l’auteur, les assauts sexuels qui vont du toucher au viol sont tellement communs de nos jours que nous voyons cela comme une chose inévitable pour toutes femmes. Je ne dis pas que suis entièrement d’accord mais nous vivons quand même avec cette épée de Damoclès au-dessus de la tête. Nous élevons nos enfants en leurs parlant des possibilités et en leur disant de faire attention, que ce soit leur manière de parler ou celle de s’habiller. Dans un monde parfait les femmes auraient droit de s’habiller comme elles veulent et les hommes ne penseraient pas avec leurs bites avant tout. Mais nous ne sommes pas dans un monde parfait et pour faire évoluer les choses je pense que cette histoire est nécessaire.

Louise O’Neill nous parle de ce que ressent Emma, que ce soit face à la honte de ses parents, face aux commentaires des personnes voyant les photos (ces personnes sont autant des hommes que des femmes et ça me révulse). La justesse de ses mots est brutale et électrifiante.

Alors oui j’aurais aimé qu’Emma se batte jusqu’au bout mais je comprends aussi sa position, surtout quand même tes parents ne te soutiennent pas.

En bref : Un livre à faire lire à tout le monde, adolescentes, adolescents, parents. Une histoire incroyablement essentielle sur la culture du viol.

A propos de l’auteur

Louise O’Neill est originaire de Clonakilty en Irlande. Après avoir décroché une licence en littérature anglaise au Trinity College de Dublin, elle est devenue rédactrice pour Elle aux États-Unis, avant de rentrer en Irlande pour écrire son premier roman, Only Ever Yours, et poursuit son exploration de la condition féminine à travers Une fille facile, son deuxième roman, qui a été récompensé par de nombreux prix littéraires.

Liens

Goodreads : https://www.goodreads.com/book/show/39654541-une-fille-facile

Amazon : https://www.amazon.fr/Une-fille-facile-Louise-ONeill/dp/2378340192/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1526123873&sr=8-1&keywords=une+fille+facile

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Currently Reading

Windwitch Street team – Waterwitch Babes

Inks & Scratches Literary Magazine

Enter your email address to follow this blog and receive notifications of new posts by email.

Join 253 other followers

Partenaires

Xpresso

Xpresso Book Tours
%d bloggers like this: